l’âge de faire, le journal de l’écologie active : www.lagedefaire.org

> Accueil > Annuaire > MEDIAS / PRESS / MAGAZINES > MAGAZINES > l’âge de faire, le journal de l’écologie active : www.lagedefaire.org

  

l’âge de faire, le journal de l’écologie active

l’âge de faire, le journal de l’écologie active
# UN NOUVEAU JOURNAL, POURQUOI ?


La liberté de tout dire n’a d’ennemi que ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire (Marat)
Pour combler un vide
Il n’existe pas de journaux indépendants adaptés et facilement accessibles au GRAND PUBLIC sur le créneau de l’écologie au sens large. La demande est donc méconnue et non satisfaite.

Pour faire face à une situation sans précédent
- L’existence d’un faisceau de faits écologiques graves dont la convergence mène à l’extermination du monde vivant.
- Le tissu social s’effiloche, la déprime gagne, des situations intolérables de misère se pérennisent, malgré l’abondance.
- Les écarts se creusent avec les pays pauvres.
- Il faut à la fois alerter et dire que des solutions existent, les expliquer et montrer leur faisabilité.

Pour défendre la démocratie
La puissance des lobbies et des firmes transnationales grignote le pouvoir des Etats au nom du libéralisme économique. Les médias populaires à la solde des maîtres du monde s’en donnent à cœur joie dans l’abêtissement et la désinformation. L’opinion est manipulée. Les pouvoirs institutionnels sont, c’est selon, complices ou impuissants. Le champ est libre pour normaliser selon les seuls critères économiques.

Pour créer un pont entre militants et grand public
Le monde associatif, très actif mais aussi dispersé et cloisonné, produit beaucoup d’informations très documentées, qui restent pour l’essentiel ignorées du grand public. Débats, réunions, journaux sont faits par des militants pour des militants. Les portes sont ouvertes certes, mais le grand public ne vient pas.

Pour être artisans de notre avenir
La situation de crise n’est pas le fruit du hasard. Elle est l’aboutissement normal d’une société dont les individus ont peu à peu démissionné et sous-traité leurs responsabilités et par-là même leurs droits. L’issue ne peut être qu’une reprise de pouvoir par une reprise de responsabilité. Il nous faut entreprendre pour retrouver la maîtrise de notre futur gravement menacé. L’adhésion à ce projet est une étape et le journal un outil. La culture, à la fois libératrice et porteuse de sens, en est un autre. Etre acteur, découvrir ses propres talents dans la convivialité plutôt que consommer du show-biz.

# LE PROJET EN RESUME


Le projet est associatif, à but non lucratif, capital humain et responsabilité partagée en ce qui concerne la diffusion du journal durant la période de lancement. Il consiste en la création d’un journal de 16 pages A3 couleur, mensuel et national, INDEPENDANT, ciblé GRAND PUBLIC.

La combinaison de quatre idées simples qui fait la différence :
- Prix de vente faible.
- Tirage initial fort.
- Frais de rédaction réduits par le partenariat.
- Lancement garanti par la vente directe bénévole.

Comment s’y prend-on ?
Le journal est sorti à 60000 exemplaires et son prix de vente est fixé à 0,50 € ; un petit prix pour être facile à vendre, et un tirage fort pour assurer l’équilibre financier sans publicité.
Le budget d’équilibre sera atteint à 100000 ex. vendus et permettra à une une équipe de 5 professionnels d’assurer la confection du journal. La rédaction sera enrichie gratuitement par un partenariat avec les associations écologistes, citoyennes et humanitaires.

Le lancement du journal ...
Un réseau de 4 000 personnes ou petites associations est prévu pour, durant 1 à 2 ans, assurer le lancement du journal. Comment ? Chacun prendra chaque mois la responsabilité de 25 journaux. Cela signifie quoi ?
Que chacun verse mensuellement par prélèvement bancaire automatique le prix des 25 journaux (12,50 €) qu’il reçoit en retour par La Poste. La responsabilité est de diffuser localement les 25 journaux à son entourage :
- Soit, si j’en ai le temps et l’envie, en les revendant personnellement.
- Soit, si cela m’est difficile, en partageant la tâche avec des amis.
- Soit encore, si j’en ai les moyens et considérant que la somme est faible, en les distribuant gratuitement.
A chacun sa formule, selon sa disponibilité, ses envies et ses moyens.
Ce précieux réseau de diffusion étant en place, il restera à faire un bon journal, intéressant, pédagogique que le lecteur appréciera et qui l’amènera à s’abonner aprés quelques mois d’essai. Le coût de l’abonnement est de 8 € pour 11 numéros par an.
Les énormes difficultés habituelles, notamment financières, sont ici réduites à la recherche du parrainage des 4 000 adhérents à l’association qui se partageront la responsabilité du lancement.
  
  

Publicités